Dans toutes cultures confondues, la maison est un véritable symbole: bien plus qu’un logement, c’est un lieu de vie qui apporte bien être et protection. Et si la maison ne protégeait pas seulement ses habitants mais aussi la planète? Dans un contexte d’économie plus durable, des maisons vertes et respectueuses de l’environnement fleurissent au gré des innovations et des technologies. En Algérie, un homme a su faire rimer modernité et tradition, innovation et savoir-faire d’antan. Rencontre avec Daddi Addoun El Khoudir, qui se charge de construire un monde meilleur.

Au loin, cinq villages fortifiés s’érigent, perchés sur un flanc rocheux. Nous sommes à 600 km au Sud d’Alger, dans la vallée du M’Zab. Les ksours semblent se fondre dans l’environnement, ils ont été spécialement pensés dès le Xe siècle pour la vie en communauté. Commodes, simples et conçues avec les ressources disponibles dans la région, les maisons de ces villages fortifiés se maintiennent debout, au milieu des constructions modernes et bétonnées qui s’accaparent peu à peu du terrain urbain.

Daddi Addoun El Khoudir porte un regard admiratif sur ces anciennes bâtisses, véritable patrimoine historique et architectural. Ingénieur en bâtiment et originaire de la région du M’Zab, il est bien déterminé à préserver ce patrimoine aujourd’hui menacé. Sa solution ? Repenser la construction sous un angle plus écologique et plus durable en s’inspirant des anciennes maisons des ksours. Car selon lui « elles constituent un référentiel en matière d’efficacité par leur conception et les matériaux utilisés ».

Ce projet l’a poussé à créer sa propre entreprise, appelée « Les Bâtisseurs des Oasis ». Il la présente comme étant  « une entreprise de construction écologique qui s’inspire de modes de constructions ancestraux ». Son objectif principal est simple : allier tradition et modernité et protéger à la fois un savoir-faire, l’environnement et l’économie locale. Il s’agit d’adapter la construction aux conditions climatiques et ainsi d’offrir des bâtisses à hautes performances énergétiques. Ajoutez à cela un choix pertinent des matériaux : la pierre, la chaux et la terre crue, respectueux de l’environnement et provenant de la région même. En plus d’utiliser les ressources naturelles et locales, Daddi Addoun El Khoudir fait aussi appel à une main d’œuvre locale, aidant ainsi au développement économique et sociale de sa région.

    « Nos bâtisses allient le confort de la vie moderne et le souci de préservation de l’environnement et font appel au savoir-faire local, ce qui contribue au développement socio-économique de la région »

Son projet présente donc trois dimensions : environnementale, économique et sociétale. L’innovation et l’adaptation des « bâtiments intelligents », ainsi reliés aux techniques de construction ancestrales entrent dans une dynamique d’économie verte et plus durable.

Face à la bétonisation de la vallée, et conscient de la nécessité de prises d’action concrètes pour préserver le patrimoine architectural de sa région natale, Daddi Addoun a saisi l’opportunité de la formation SwitchMed. Cette formation lui a permis de préciser son idée et, peu à peu, de lancer son activité en l’intégrant dans trois dimensions : économie, environnement et société. C’est pour lui l’occasion de bénéficier d’un soutien et d’une meilleure visibilité de son projet.

     "Je continue à m’appuyer sur SwitchMed pour offrir à mon projet visibilité et adhésion des parties prenantes"

 En période d’incubation de 8 mois, SwitchMed appuie le lancement de son entreprise, notamment en termes de stratégie de marketing et de communication.

Daddi Addoun El Khoudir garde un œil sur le passé tout en projetant vers le futur. Son éco-entreprise permet d’assimiler traditions, modernisme, respect de l’environnement et développement économique local. Beaucoup d’enjeux qui sont un premier pas vers un monde plus vert, et plus durable Daddi Addoun El Khoudir.

Pour en savoir plus veuillez contactez Daddi Addoun par email: lesbatisseursdesoasis17@yahoo.com

Switchmed