IDEAL BATISSE COMPANY

DÉVELOPPER ET PRÉSERVER LE CACHET DU M’ZAB

M. Daddi-Addoune est manager de IBC, une entreprise qui active depuis seize ans dans le créneau des Travaux publics à Berriane. Mais c’est aussi et surtout un passionné de sa région d’origine, intarissable sur les potentialités que détient la région du M’zab, et qui ne demandent qu’à être exploitées.

PARTENAIRES : Ideal Batisse Company a été créée en 1997. Activezvous principalement dans la région de Ghardaïa ?
M. Daddi-Addoune : L’Entreprise Idéal Batisse Company (IBC) active dans les domaines des travaux, bâtiment, hydraulique & gaz.
L’histoire d’IBC est celle d’une petite entreprise créée en décembre 1997 par une équipe de jeunes professionnels.

Après avoir choisi d’appuyer son développement sur les travaux de chauffage central et de plomberie sanitaire, l’entreprise a progressivement élargi et diversifié son champ d’action dans de nouveaux domaines d’activités stratégiques qui supposent la maîtrise de nouveaux métiers relatifs au gaz naturel, à l’hydraulique et, récemment, aux travaux de bâtiment tous corps d’état (clé en main).

IBC est située sur le marché public (95 % de ses clients sont des organismes publics). L’implantation de son siège social dans la région de Ghardaïa (à 600 km au sud d’Alger) et son bureau de liaison à Alger, lui permettent d’intervenir sur tout le territoire algérien.

Elle a su garder le cap depuis 16 ans dans le créneau du bâtiment, de l’ingénierie et de l’hydraulique. Quelle est votre part de marché ?

En ce qui concerne les parts du marché, nous n’avons pas suffisamment de paramètres pour les déterminer, vu la diversité de nos services et l’étendue du territoire.

Ghardaïa a un cachet urbain et spirituel très attractif sur le plan touristique. Comment peut-on envisager un développement
industriel dans la région sans gâcher le site ?

La wilaya de Ghardaïa jouit de potentialités humaines considérables par le fait qu’elle est peuplée par une population citadine qui cultive un sédiment culturel important où le travail est une vertu. De plus, la vocation commerciale des mozabites n’est plus à démontrer.
Les potentialités de développement sont présentes dans tous les domaines.

Dans l’agriculture, le palmier dattier occupe la première place et la culture des oliviers vient en seconde position, où l’on constate
une production d’olive de table et d’huile d’olive encourageante ces dernières années. Les céréales (exemple des périmètres de Guerrara, Zelfana et El Goléa), et les agrumes sont d’une qualité exceptionnelle du fait du climat alors que l’élevage dans la région lui procure une autosuffisance en lait frais et dérivés.

Dans l’industrie, les zones industrielles de Guerrara, Ghardaïa et Berriane ne sont pas des moindres en Algérie, l’activité y est aussi très diversifiée (verrerie, roche, plâtre, textile, agroalimentaire, etc.).

Dans l’artisanat et le tourisme bien sûr, un créneau qui mérite d’être encouragé par le fait que la région, de par son patrimoine culturel architectural spécifique, l’irrigation traditionnelle et le partage des eaux de crues de façon ingénieuse, possède des atouts à exploiter. Les métiers manuels artisanaux dont certains sont en train de disparaître, méritent d’être ressuscités et encouragés.

Des initiatives, telles que les résidences touristiques dans un cachet purement local implantées dans la palmeraie existent déjà.
Je dirai que pour réaliser une symbiose entre le développement économique et le cachet civilisationnel de la région du M’Zab, il
conviendrait d’abord d’observer un respect mutuel entre la préservation de cette caractéristique culturelle et le développement économique qui ne doit pas être assimilé à une agression d’un passé multimillénaire.

C’est une prise de conscience à la fois des responsables et des citoyens pour une sauvegarde efficiente du style architectural de la région par ailleurs classé patrimoine mondial par l’Unesco. Il y a beaucoup à entreprendre car rien de sérieux à présent n’est à noter dans ce sens.

Par exemple ouvrir des centres de formation des métiers de restauration et construction traditionnelle et durable, dégager des budgets pour la sauvegarde du patrimoine, organiser des concours régionaux et nationaux et faire participer les compétences spécialisées dans ce domaine.

Envisagez-vous un partenariat avec des entreprises algériennes ou étrangères ?

Notre entreprise est disposée pour tout type de partenariat, dans un objectif d’innovation et de création de la valeur ajoutée. Nous
concentrons nos efforts sur la modernisation de nos moyens de production et la formation de notre personnel pour répondre aux
exigences de nos clients potentiels et attirer de nouveaux clients.

Entretien réalisé par Karima H.

N°05/JANVIER-FEVRIER 2012 PARTENAIRES